Votre avis compte !
Une remarque sur le nouveau site ? Des suggestions pour l'améliorer ?
Donnez votre avis !
Matières premières

Le café se reprend, le cacao se stabilise et le sucre recule


AFP
le 13/07/2018 à 16:12

Le café s'est repris sans conviction au cours de la semaine tandis que le cacao s'est stabilisé et que le sucre a poursuivi sa baisse.

Après avoir touché ses plus bas niveaux depuis plusieurs années le 6 juillet, les prix du café avaient nettement rebondi le même jour, mais ont depuis effacé une grande partie de leurs gains dans un marché maussade. « Les événements macroéconomiques se répercutent sur le marché », ont commenté les courtiers de I&M Smith. Selon eux, les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, qui se sont accrues cette semaine, pèsent sur le moral des investisseurs qui préfèrent délaisser le café. Du côté des fondamentaux des marchés, « les réserves de café disponibles à la vente sont très élevées », a noté Jack Scoville, analyste chez Price Futures Group. Selon les données mensuelles de la Fédération européenne du café (ECF) publiées lundi, les stocks des ports européens s’élevaient à 686 072 sacs fin mai, soit une hausse de 2,14 % sur le mois.

Les prix du cacao sont à nouveau restés stables sur la semaine. « Il va y avoir un changement de contrat de référence, et les données des broyeurs européens ne vont pas tarder à être publiées », ont commenté les analystes de INTL FC Stone. Les données trimestrielles des broyeurs sont le principal indicateur de la demande de cacao, qui capte l’attention des marchés alors que la saison de la principale récolte s’est achevée dans la plus grosse région productrice, l’Afrique de l’Ouest. « La demande a grimpé depuis le début de l’année alors que la fève s’échangeait à des niveaux très bas », ont commenté les analystes de Cocoanect. Reste à savoir, selon eux, si la hausse des prix qui en a résulté va à son tour peser sur la demande.

Les prix du sucre ont poursuivi leur baisse pendant la semaine. « Les stocks de sucre devraient connaître en 2018 des niveaux records face à la baisse de la croissance de la demande et à une hausse de la production », a rappelé John Plassard, analyste chez Mirabaud. Des récoltes abondantes sont attendues en Thaïlande, dans l’Union européenne et en Inde, qui figurent toutes parmi les plus grands producteurs mondiaux. À cela s’ajoute la vigueur du dollar américain, qui pousse les agriculteurs brésiliens à vendre leur sucre de canne pour réaliser de plus importants bénéfices en réal. Avec tous ces facteurs réunis, « sur le marché, les parieurs à la baisse sont revenus en force », a commenté Mark Cooper, courtier chez Sucden.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de robusta pour livraison en septembre valait 1 672 dollars vendredi à 12h15 GMT, contre 1 621 dollars le vendredi précédent à 10h30 GMT. Sur l’ICE Futures US de New York, la livre d’arabica pour livraison en septembre valait 110,60 cents, contre 107,75 cents sept jours auparavant. À Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en août valait 326,00 dollars, contre 339,50 dollars le vendredi précédent. À New York, la livre de sucre brut pour livraison en octobre valait 10,99 cents, contre 11,40 cents sept jours auparavant. À Londres, la tonne de cacao pour livraison en décembre valait 1 821 livres sterling, contre 1 813 livres sterling le vendredi précédent. À New York, la tonne pour livraison en septembre valait 2 497 dollars, contre 2 472 dollars sept jours plus tôt.

Ces sujets vous plaisent ?

Recevez le meilleur d'Agrisalon par email

Samedi 21 juillet Saint Victor