Votre avis compte !
Une remarque sur le nouveau site ? Des suggestions pour l'améliorer ?
Donnez votre avis !
Prix des matières premières agricoles

Le cacao se reprend, le café et le sucre en berne


AFP
le 10/08/2018 à 17:54

Le café arabica a vu ses pertes s'accentuer, tout comme le sucre, tandis que le cacao a rebondi en restant proche des niveaux bas atteints au cours des dernières semaines.

« Une partie de la faiblesse des prix des derniers mois est à mettre sur le compte de la force du dollar, mais dans l’ensemble, les marchés des matières premières agricoles tropicales sont en surplus », ont résumé les analystes de Capital Economics.

Les cours de l’arabica et du robusta sont restés à des niveaux bas, et ce malgré un rapport à première vue positif de l’Organisation internationale du café. L’Ico a radicalement revu à la hausse le déficit de l’offre de la saison 2017-2018. Dans son rapport mensuel publié mardi, l’Ico table désormais sur un déficit de 2,67 millions de sacs de 60 kilogrammes, contre un léger surplus de 146 000 sacs la saison précédente. L’Organisation détaille notamment une baisse de la production d’arabica (- 6,6 % à 97,16 millions de sacs) alors que celle de robusta devrait augmenter (+ 11,5 % à 61,4 millions de sacs).

Mais comme le reconnaît l’Organisation, « les perspectives d’une ample récolte en 2018-2019 pèsent lourdement sur les prix du café ». Le rapport n’a d’ailleurs pas soutenu les prix du café « alors que la nouvelle récolte de café au Brésil devrait participer à un surplus d’entre 5 et 8 millions de sacs sur le marché mondial en 2018-2019 », ont estimé les analystes du courtier I&M Smith.

A plus court terme, la récolte brésilienne de robusta pénalise le marché londonien. « Le robusta n’est pas très demandé en Europe, donc la production excessive de cette saison risque de se retrouver dans des réserves de Londres et va peser sur le moral du marché », ont prévenu les analystes de I&M Smith.

Le cacao s’est légèrement ressaisi au cours de la semaine après le recul de la deuxième moitié de juillet. Lundi, la cotation londonienne a touché son plus bas depuis cinq mois à 1.577 livres sterling tandis que la cotation new-yorkaise atteignait 2.100 dollars, à son plus bas depuis près de cinq mois et demi.

Les acteurs du marché restent inquiets de l’ampleur de l’offre, alors que les récoltes abondantes s’enchaînent en Afrique de l’Ouest, source de 60 % du cacao mondial. « Les pertes (de la semaine dernière) s’expliquent également par la faillite de l’exportateur ivoirien SAF-Cacao, qui aurait 50 000 tonnes de fèves de basse qualité à écouler », ont expliqué les analystes de INTL FCStone.

Pourtant, certains acteurs du marché s’inquiètent des risques d’un phénomène El Nino, qui affecterait les récoltes. « Il faut se souvenir des pertes occasionnées en 2015 par El Nino », ont souligné les analystes de Cocoanect, qui estiment cependant que depuis 1961, 41 % des phénomènes El Nino n’ont pas conduit à une baisse de la production.

Les prix du sucre ont effacé une bonne partie du rebond enregistré la semaine précédente. « L’idée d’une production mondiale abondante continue de prévaloir sur le marché et de peser sur les prix », a résumé Jack Scoville. Selon lui, si une météo sèche au Brésil, dans l’Union européenne et en Russie peut peser sur ces producteurs, les conditions de récoltes sont en revanche excellentes en Thaïlande et en Inde. A eux cinq, ces producteurs, qui figurent tous parmi les dix premières sources de sucre au monde, représentent plus de 60 % de la production mondiale. Le marché attend par ailleurs les dernières données sur la récolte brésilienne, qui devraient être publiées vendredi en fin de séance européenne.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de robusta pour livraison en septembre valait 1.667 dollars vendredi à 12 h 20 GMT, contre 1.655 dollars le vendredi précédent à 14 h GMT. Sur l’Ice Futures US de New York, la livre d’arabica pour livraison en septembre valait 106,90 cents, contre 107,70 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en octobre valait 317,40 dollars, contre 324,70 dollars le vendredi précédent. A New York, la livre de sucre brut pour livraison en octobre valait 10,69 cents, contre 10,88 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de cacao pour livraison en décembre valait 1.605 livres sterling, contre 1.591 livres sterling le vendredi précédent. A New York, la tonne pour livraison en décembre valait 2.122 dollars, contre 2.068 dollars sept jours plus tôt mais pour livraison en septembre.

Ces sujets vous plaisent ?

Recevez le meilleur d'Agrisalon par email

Jeudi 16 août Sainte Marie