Votre avis compte !
Une remarque sur le nouveau site ? Des suggestions pour l'améliorer ?
Donnez votre avis !
Syrie

La FAO plaide pour un investissement dans l’agriculture


AFP
le 26/04/2018 à 11:48

L'agence des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) espère un accroissement des investissements dans l'agriculture en Syrie afin de faire reculer la faim dans ce pays en guerre depuis sept ans, et de contenir l'émigration.

« Il est essentiel d’investir dans l’agriculture pour l’avenir de la Syrie » a déclaré la FAO dans un communiqué diffusé en marge de la conférence des donateurs internationaux réunie mercredi à Bruxelles, qui ont réuni 4,4 milliards de dollars (3,6 milliards EUR) en faveur de la Syrie pour l’année 2018. « Malgré un recul important, l’agriculture continue d’assurer presque la moitié de l’approvisionnement alimentaire en Syrie, faisant ainsi office de bouée de sauvetage pour des millions de syriens vulnérables », a souligné l’agence. « Si le secteur agricole et les programmes de résilience dans les zones rurales ne bénéficient pas d’une aide supplémentaire, l’insécurité alimentaire continuera d’augmenter, les phénomènes de migration se poursuivront et tout espoir de stabilité sera vain », a déclaré Daniel Gustafson, directeur-général adjoint de la FAO, cité dans le communiqué.

La FAO a chiffré ses besoins à 120 millions de dollars pour la Syrie et n’avait reçu, avant la réunion des donateurs, qu’un quart de la somme. Aujourd’hui, un tiers de la population syrienne, soit 6,5 millions de personnes, est confronté à une situation de faim aigüe, selon la FAO qui chiffre à 16 milliards de dollars depuis le début du conflit, le total des dommages et pertes en matière agricole et alimentaire dans le pays.

La production de blé en Syrie a néanmoins atteint 2 millions de tonnes l’an dernier, soit le même niveau qu’avant la crise, lorsque le pays était considéré comme le grenier à pain de la région, a noté la FAO en soulignant la « résilience » des Syriens. En 2017, ses programmes ont permis d’aider des fermiers à cultiver assez de blé pour nourrir 1,7 million de personnes en plus pour toute l’année. Grâce aux campagnes de vaccination et de traitement du bétail, la FAO a aussi aidé à garder en bonne santé plus de 11 millions d’animaux à travers le pays.

Cette année, l’agence travaille notamment sur la reconstruction des canaux d’irrigation détruits. Dans les pays voisins, où de nombreuses familles de réfugiés dépensent une grande partie de leurs revenus dans la nourriture, la FAO travaille à améliorer la production alimentaire durable, comme en Jordanie ou en Turquie. Selon un rapport « counting the cost » publié l’an passé par la FAO, et basé sur une mission d’évaluation auprès de 3 500 familles et 380 communautés villageoises syriennes, l’agriculture représente encore 26 % du PIB du pays. Les régions les plus détruites sont celles de Al-Hassakeh, Rakka, la région rurale autour de Damas, Deir-El-Zor, Deraa et Idleb.

Ces sujets vous plaisent ?

Recevez le meilleur d'Agrisalon par email

Mercredi 20 juin Saint Silvère